Préparation pour un momentum

 

scrutin

La compagnie Souveraineté La solution Inc. vous a préparé des argumentaires à déposer sous les essuis-glaces d'autos, dans les stationnements, les marchés d'alimentation, les centres d'achats, les églises, les attraits touristiques ou les hôpitaux. À laisser au restaurant, au casse-croûte, dans les étagères à journaux, les buanderies, les babillards, les bureaux de postes ou tout endroit publique. Mais vous êtes libre également de parcourir ce site et vous faire un argumentaire sur mesure pour un endroit ciblé et très précis.

 

Dans vos argumentaires, mettez toujours les coordonnées du Parti Québécois du comté dans lesquels ils seront distribués. 

 

Ce geste peut être répété à toutes les semaines comme bon vous semble et au besoin. Il faut se préparer; une élection peut survenir à tout moment ou à la fin de son terme.

 

Mais un momentum , ça se prépare.

 

Ce qui semble insurmontable aujourd'hui sera surmontable avec du vouloir, de la préparation et de la détermination.

 

Argumentaire PQ Culture

séparateur

Comment arriver à un but


québecUn but c’est l’idéal d’un accomplissement acharné de durs labeurs, de discipline, de courage, mais le plus important c’est d’être positif et de ne pas se soucier de ce qu’autrui peut dire ou faire.  Exemple: le PQ en 1976, lors de son premier mandat, avait un but: faire un référendum gagnant.  Tout au long de son mandat, il redonna de la dignité et de l’espoir, surtout de la fierté au peuple québécois, tout ça en se basant sur un but La souveraineté.


Pour y arriver, il multiplia les bonnes nouvelles, avec des programmes sociaux qui touchaient les gens, il leur donnait une fierté d’appartenance avec des projets: l’épuration des eaux, la famille, l’éducation, la culture, les routes, l’aide aux entreprises pour faire de la recherche, des prêts sans intérêts pour le démarrage d’entreprises, et des créations d’emplois de toutes sortes; tout ceci avec un fédéral contre le peuple du Québec.

séparateur

Le respect d’opinions

quebec seule patrieUne opinion c’est fait pour être respectée mais pas pour être séparée. Le plus bel exemple de respect fut pendant le référendum de 1980, après la victoire du Non. Les gens du Non ont respecté les gens du camp du Oui.

René Lévesque, le chef du camp du Oui, nous disait avant le référendum, nous devons tous vivre ensemble, il y a un lendemain.

Cette consigne a été respectée à la lettre, autant par le camp du Oui que du Non; même chose au référendum de 1995, volé ou pas.

Mais c’est pas toujours le cas. Dans certains pays où la liberté s’est faite attendre, le respect de l’opinion de l’autre a été oublié pendant plusieurs années, le tout donnant comme conséquence le statut quo.

Quand une opinion n’est plus respectée et que la libération se fait désirer, nous pouvons nous attendre à toutes sortes d’atrocités: meurtres, viols, etc.

C’est ça le statut quo, le non respect de l’opinion de l’autre. C’est le cas dans certains pays, l’opinion de l’autre n’a plus sa raison d’être.

Réunissons-nous tous pour éviter le statut quo et ensemble votons pour notre liberté pour ne pas oublier le respect de l’opinion de l’autre. Faisons entendre notre voix le plus tôt possible.

Une déclaration d'indépendance dans notre Assemblée Nationale pour obtenir notre Québec pays :   c’est ça la solution!

Vive la liberté!!

liberté

 

séparateur

DRAPEAU DU QUÉBEC

Identifier la source juridictionnelle du service rendu au citoyen

Le décret 2002 oblige les institutions publiques québécoises à déployer le drapeau du
Québec.


Le 4 juillet 2002 marquait l’entrée en vigueur du Règlement sur le drapeau du Québec. Si,
depuis 1967, les ministères et organismes du gouvernement ainsi que les écoles primaires et
secondaires étaient assujettis par décret à l’obligation d’arborer le drapeau du Québec, bon
nombre d’autres entités publiques devront dorénavant déployer ce drapeau.


Tout comme les institutions publiques fédérales (bureaux de postes, des douanes, ministères,
etc.) n’utilisent que le drapeau du Canada pour identifier leur origine juridictionnelle, il y a lieu
de souhaiter que les institutions publiques québécoises n’utilisent à leur tour que le drapeau du
Québec pour identifier leur source juridictionnelle. Le règlement oblige aussi les institutions
publiques québécoises qui ont développé leur propre bannière à arborer le drapeau du Québec et
à lui accorder la place d’honneur.


L’application du règlement vise à faire mieux visualiser par les citoyens la source juridictionnelle
des services qui leur sont rendus.


Règlement sur le drapeau du Québec.
Http:/www.mrci.gouv.qc.ca/publications/pdf/reglement_drapeau_quebec.pdf


Avis


Un drapeau du Québec arboré avec fierté à l’extérieur de votre résidence serait de mise en guise
de remerciement à tous les citoyens du Québec qui ont contribué par leurs taxes à toutes les formes de
subventions, exemple: rénovation de logement ou de maison à des fins familiales, vente de terrains à
$1.00 pour des compagnies, pourcentage de salaire payé, etc.


Stimuler la fierté d'appartenance à leur pays le Québec et la reconnaissance de l'acharnement, de
sacrifices, labeurs, d'abus de toutes sortes, que nos ancêtres ont subit pendant plus de 450 ans pour que
nous ayons notre pays aujourd'hui.


1- Fierté d’appartenance à son pays.
2- L'emploi.
3- L'économie en général.
4- Notre social.
5- Le tout basé sur l'environnement

drapeau

DRAPEAU DU QUÉBEC
I
dent
if
ier
l
a s
our
ce jur
idict
ionn
el
l
e du se
r
vice r
endu au
citoyen
L
e déc
ret
9999-2002 o
b
l
i
ge l
es
i
n
s
t
i
t
ut
i
o
n
s
pub
l
i
ques
québ
éco
i
s
es
à dépl
o
y
er l
e drapea
u du
Québ
ec.
L
e
4
ju
ill
e
t
2
0
0
2
ma
r
q
u
a
it
l’
e
n
t
r
é
e
e
n
v
ig
u
e
u
r
d
u
R
è
g
le
me
n
t
s
u
r
le
d
r
a
p
e
a
u
d
u
Q
u
é
b
e
c
.
S
i,
depui
s
1967,
l
es
m
i
n
i
s
t
ères
et
o
rgan
i
s
m
es
du go
uv
ern
em
en
t
ai
n
s
i
que l
es
éco
l
es
pri
m
ai
res e
t
s
e
c
on
d
a
i
r
e
s
é
ta
i
e
n
t a
s
s
u
j
e
tti
s
p
a
r
d
é
c
r
e
t à
l
ob
l
i
g
a
ti
on
d
a
r
b
or
e
r
l
e
d
r
a
p
e
a
u
d
u
Q
u
é
b
e
c
,
b
on
n
o
m
b
re d’
aut
res e
n
t
i
t
és
pub
l
i
ques
dev
ro
n
t
do
rén
av
an
t
dépl
o
y
er ce drapea
u.
T
o
ut
co
m
m
e l
es i
n
st
i
t
ut
i
o
n
s pub
l
i
qu
es f
édér
al
es (
b
ur
eaux de po
st
es,
des do
uan
es,
m
i
n
i
st
èr
es,
et
c.)
n
ut
i
l
i
s
en
t
que l
e drapea
u du Ca
n
ada po
ur i
den
t
i
f
i
er l
eur o
ri
gi
n
e j
uri
di
ct
i
o
n
n
el
l
e, i
l
y
a l
i
eu
de s
o
uh
ai
t
er que l
es
i
n
s
t
i
t
ut
i
o
n
s
pub
l
i
ques
québ
éco
i
s
es
n
ut
i
l
i
s
en
t
à l
eur t
o
ur que l
e drapea
u du
Q
u
é
be
c
p
o
u
r
i
d
e
nt
i
f
i
e
r
l
e
u
r
s
o
u
r
c
e
j
u
r
i
d
i
c
t
i
o
nne
l
l
e
.
L
e
r
è
g
l
e
m
e
nt
o
bl
i
g
e
a
u
s
s
i
l
e
s
i
ns
t
i
t
u
t
i
o
ns
pub
l
i
ques
québ
éco
i
s
es
qui
o
n
t
dév
el
o
ppé l
eur pr
o
pre b
an
n
i
ère à a
rb
o
rer
l
e drapea
u du Québ
ec e
t
à
l
u
i
a
c
c
o
rd
e
r l
a
p
l
a
c
e
d
h
o
n
n
e
u
r.
L
a
p
p
lic
a
t
io
n
d
u
r
è
g
le
me
n
t
v
is
e
à
fa
ir
e
mie
u
x
v
is
u
a
lis
e
r
p
a
r
le
s
c
it
o
ye
n
s
la
s
o
u
r
c
e
ju
r
id
ic
t
io
n
n
e
lle
des ser
v
i
ces qui
l
eur
so
n
t
r
en
du
s.
gl
em
en
t
s
ur l
e drapea
u du Québ
ec.
Ht
t
p:/www.m
rci
.
go
uv
.
qc.ca/pub
l
i
cat
i
o
n
s
/pdf
/r
egl
em
en
t
_drapeau_que
b
ec.pdf
A
v
is
Un
dr
apeau
du
Qué
b
ec ar
b
o
r
é av
ec f
i
er
t
é à l
’ex
t
ér
i
eur
de v
o
t
r
e r
ési
den
ce ser
ai
t
de m
i
se en
gu
i
se
de rem
erci
em
en
t
à t
o
us
l
es
ci
t
o
y
en
s
du Québ
ec qui
o
n
t
co
n
t
ri
b
ué par l
eurs t
ax
es
à t
o
ut
es
l
es
f
o
rm
es
de
s
u
b
v
e
n
ti
on
s
,
e
x
e
m
p
l
e
:
r
é
n
ov
a
ti
on
d
e
l
og
e
m
e
n
t ou
de m
ai
so
n
à des f
i
n
s f
am
i
l
i
al
es,
v
en
t
e de t
er
r
ai
n
s à
$
1
.0
0
p
o
u
r d
e
s
c
o
m
p
a
g
n
i
e
s
, p
o
u
rc
e
n
t
a
g
e
d
e
s
a
l
a
i
re
p
a
y
é
, e
t
c
.
S
t
imu
le
r
la
fie
r
t
é
d
'
a
p
p
a
r
t
e
n
a
n
c
e
à
le
u
r
p
a
ys
le
Québ
ec e
t
l
a reco
n
n
ai
s
s
an
ce de
l
'
ach
arn
em
en
t
,
de
s
a
c
r
i
f
i
c
e
s
,
l
a
b
e
u
r
s
,
d
'
a
b
u
s
d
e
tou
te
s
s
or
te
s
,
q
u
e
n
os
an
cêt
res o
n
t
s
ub
i
t
pen
dan
t
pl
us
de 450 an
s
po
ur que
n
o
u
s
a
yo
n
s
n
o
t
r
e
p
a
ys
a
u
jo
u
r
d
'
h
u
i.
1-
F
i
er
t
é d’app
ar
t
en
an
ce à so
n
pay
s.
2
-
L
'
e
mp
lo
i.
3
-
L
'
é
c
o
n
o
mie
e
n
g
é
n
é
r
a
l.
4
-
N
o
t
r
e
s
o
c
ia
l.
5
-
L
e
t
o
u
t
ba
s
é
s
u
r
l
'e
nvi
r
o
nne
m
e
nt

séparateur

Ce que le rapport sur les autochtones ne dit pas

pensionnat

L’attitude du conquérant envers son conquis c’est de le dépouiller de tout : c’est la vie économique, sa culture, ses biens de valeur ainsi que tous ses atouts. Le rendre vulnérable et lui imposer ses lois, sa culture et l’assimiler (langue, manière de fonctionner et tout0, peu importe la manière utilisée humaine ou pas.

Comble de malheur, les nations autochtones se sont jointes aux francophones de Montcalm dans la guerre les opposant au Anglais d’Angleterre. Mais ironie du sort, Montcalm et ses troupes, sans le savoir n’était point supporté par sa mère patrie, contrairement aux Anglais qui avaient eu de l’entraînement militaire ainsi que du ravitaillement de toutes sortes (armements, munitions, etc.). En contre partie Montcalm avait seulement une minorité de son bataillon qui avait été entraînée militairement, mais pas ses volontaires ni les autochtones.

Malgré le dévouement total des combattants alliés à Montcalm, ils ont perdu aux mains des Anglais, donc les Anglais devenaient des conquérants. Aujourd’hui, leurs descendants qui nous gouvernent, ont la même mentalité. Pour arriver au but de l’assimilation, les descendants des conquérants gardent le cap, mais ils passent par d’autres chemins, les mœurs d’aujourd’hui l’exigent.

Les conquérants (Anglais de l’époque), pour déstabiliser les autochtones, les séparèrent des francophones conquis, ainsi la porte était ouverte à toutes sortes d’abus sans limite, comme de vulgaires clochards ils devaient les mettre hors de leur chemin et en faire un contrepoids au nombre de personnes de langue française et c’est alors que les autochtones ont commencé à subir la déchéance d’avoir joint les rangs d’un peuple devenu conquis (réserve, perte de leur langue, culture, biens de valeurs, statut, traditions, la perception des choses, le respect de la nature et le plus important : le lien familial (père-mère).

Tous ces pensionnats autochtones étaient dans les provinces anglophones et ils étaient dirigés par elles. La structure du système de ces pensionnats était faite par des Anglais et sous leur contrôle.

séparateur

Radios engagées

 

 

LogoQR

Loading

Soutien au site

Ce site existe grâce à vos dons et à votre appui.
Aidez-nous en contribuant financièrement.
Utilisez le bouton suivant pour faire un petit don via Paypal.

                                    

5$ 10$ 15$ ou plus...

Connexion sécurisée pour votre protection

Toutes les contributions sont très appréciées.

Vous faîtes la différence,

MERCI!

 Souveraineté La Solution

10 ans déjà


Copyright © 2016. Tous droits réservés Souveraineté La Solution inc. Conception SLC

Ce site est protégé par RSFirewall!, la solution de pare-fou pour Joomla!